Compte-rendu: colloque « HABATA – Méthodologie et interprétation des habitats » (Lille, 3-4 octobre 2019)

Dans le cadre de la programmation du PCR « Habata », les collègues chercheurs ont souhaité organiser une manifestation scientifique qui se voulait de grande ampleur et avec une large audience.

C’est ainsi que le 3 et 4 octobre 2019, s’est tenu à Lille le 44e colloque international du laboratoire HALMA (UMR 8164, CNRS, Lille, MC). Organisé par Emmanuelle Leroy-Langelin et Yann Lorin, cette événement a été accueilli à Lilliad, Learning center Innovation, sur le campus cité scientifique de l’Université de Lille, à Villeneuve d’Ascq. Intitulé « Méthodologie et interprétation des habitats. Approches multiscalaires des types et formes d’occupation du territoire dans l’Europe de l’ouest de la fin du Néolithique à La Tène ancienne », ce colloque a marqué la fin du programme triennal du PCR.

Le comité d’organisation était composé de Emmanuelle Leroy-Langelin et Yann Lorin (responsables du PCR), Marie-Pierre Sampson et Bernadette Chajdas (Halma UMR 8164).

Le comité scientifique était composé de Geertrui Blancquaert (Ingénieur de recherche, DRAC Grand Est), Nathalie Buchez (Inrap HdF, UMR 5608-TRACES), Anne Lehoerff (Membre de l’Institut Universitaire de France, Vice-présidente du Conseil national de la recherche archéologique), Emmanuelle Leroy-Langelin (Département du Pas-de-Calais, UMR HALMA 8164), Yann Lorin (Inrap HdF, UMRHALMA 8164), Pierre-Yves Milcent (MCF-HDR «Antiquités nationales», Université Toulouse Jean Jaurès, UMR 5608-TRACES), Claude Mordant (professeur émérite de l’Université de Bourgogne), Élisabeth Panloups (Département du Pas-de-Calais, UMR 8215 Trajectoires), Marc Talon (Conservateur régional de l’archéologie, DRAC Bourgogne Franche-Comté), Marc Vander Linden (University of Cambridge).

Compte-rendu

L’archéologie est un formidable moteur de renouvellement de la documentation concernant l’habitat protohistorique. Les méthodes de fouilles et d’analyse permettent d’aborder les vestiges par des approches variées et souvent complémentaires. Ces derniers offrent des moyens sans cesse renouvelés d’interprétation des sites. L’objet principal du colloque était de faire état des interprétations de l’espace domestique, depuis son environnement très local jusqu’à son rôle dans un territoire élargi. À l’échelle du site, il s’agissait d’aborder les différentes méthodes utilisées pour reconnaître les activités menées, leur nature comme leur organisation, afin de mieux définir les occupations. Le colloque était ouvert à tous les exemples de méthodologie appliquée aidant à la détection et la caractérisation des traces d’activités humaines.

Le jeudi 3 octobre, après les allocutions de bienvenue de Marc Drouet, Directeur Régional des Affaires Culturelles des Hauts-de-France ; Stéphane Benoist, Directeur du laboratoire HALMA (Histoire, Archéologie et Littérature des Mondes Anciens) ; et Anne Lehoerff, Membre de l’Institut Universitaire de France, Vice-présidente du Conseil national de la recherche archéologique ; la petite centaine d’auditeurs rassemblés au Learning center Innovation ont pu suivre onze communications d’environ 20-25 minutes chacune, dont cinq le matin et six autres l’après-midi, suivies d’une session de poster rassemblant cinq communications courtes (10 minutes).

La journée s’est conclue par l’inauguration officielle de l’exposition HABATA présentée à l’Espace Culture, bâtiment situé juste en face du lieu du colloque.

Le vendredi 4 octobre, ce sont dix communications d’environ 20-25 minutes qui ont été proposées à l’auditoire, dont cinq le matin et cinq l’après-midi, suivies d’un débat / bilan du colloque animé par les organisateurs.

En soirée une conférence « grand public » présentée par Pierre Péfau (« Repenser l’architecture des Gaulois : des vieux préjugés aux recherches récentes »), était proposée dans l’auditorium de l’espace Culture, en lien avec l’exposition. Elle est disponible en ligne ici : https://webtv.univ-lille.fr/video/10554/repenser-l%E2%80%99architecture-des-gaulois-des-vieux-prejuges-aux-recherches-recentes.

En définitive, ce colloque a été l’occasion de présenter 27 communications rassemblant 68 contributeurs.

La première journée était consacrée à des communications extra-régionales, incluant toute l’Europe de l’Ouest, le monde méditerranéen étant bien représenté dans l’après-midi. Il s’agissait d’axes méthodologiques spécifiques à un site, un territoire et à une période chronologique précise, cadrant avec l’intervalle chronologique temps étudié dans le projet HABATA. Les présentations ont été largement appréciées et ont permis une ouverture large à l’échelle de l’Europe vers les travaux d’un certain nombre de nos collègues. La seconde journée était plutôt consacrée aux communications régionales auxquelles se sont ajoutées deux communications plus méthodologiques, l’une en lien avec la micromorphologie et l’autre avec l’étude statistique des données de terrain. Bien que plus régionale, cette journée a permis d’échanger et d’avoir un regard plus complet sur les sites fouillés dans les Hauts-de-France.

La présentation des posters, effectuée le jeudi en fin de journée, a permis notamment de se concentrer sur des exemples liés à un site en particulier.

Concernant la terre à bâtir, le sujet a été évoqué dans de nombreuses communications. La communication de Mélanie Marcel, par exemple, a mis en lumière, par comparaisons ethnologiques, les multiples méthodes de construction de la maison à l’âge du Fer, en mettant en évidence la distinction entre briques de terre crue, bauge, terre à bâtir pour garnir une ossature en bois etc. La communication de Samuel Guérin et Laëtitia Mathéry qui évoquait un site de Milly-la-Forêt, a posé la question de l’architecture des bâtiments (visuellement absents du site) et notamment grâce à la découverte de mobilier domestique tel que des fragments de bauge enduite, de probables fragments de briques en adobe et du torchis. La communication de Marylise Onfray, plus technique, abordait précisément la lecture d’analyses micromorphologiques réalisées sur des prélèvements réalisés dans des zones de concentration de mobilier. Elle démontre ainsi l’utilité d’une étude géoarchéologique poussée qui permet de définir la nature de ces concentrations, éventuellement d’identifier la présence d’un sol ou d’éléments utilisés dans la construction architecturale à proximité.

L’intégralité de ces communications a été filmée. Celles-ci sont accessibles sur : https://webtv.univ-lille.fr/grp/481/methodologie-et-interpretation-des-habitats/

Emmanuelle Leroy-Langelin et Yann Lorin


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search