Article: “Bâtir en terre au Néolithique. Approche morpho-technologique des vestiges architecturaux de Dikili Tash (Grèce)” (2019)

Prévost-Dermarkar S. (2019), “Bâtir en terre au Néolithique : approche morpho-technologique des vestiges architecturaux de Dikili Tash (Grèce)”, in Bulletin de Correspondance Hellénique (BCH), vol. 143.1, p. 1-61.

Consultable en ligne (OpenEdition)https://journals.openedition.org/bch/712

Résumé

À Dikili Tash, les vestiges architecturaux néolithiques en terre à bâtir, le plus souvent préservés sous la forme de fragments brûlés, ont fait l’objet d’une étude morpho-technologique systématique dans le cadre du deuxième programme de recherches (1986-2000). La démarche s’inscrit dans une problématique plus générale, dont l’objectif est de reconstituer la maison néolithique en tant que système technique. Une de ses originalités est de recourir systématiquement aux expérimentations pour valider les hypothèses d’interprétation et mettre au point plusieurs référentiels. Les résultats obtenus apportent une multitude d’informations sur la nature des composants de la terre à bâtir et sa préparation, en particulier sur le choix privilégié de la balle comme dégraissant végétal. Ils mettent en évidence des techniques de construction peu attestées pour cette période, comme la construction des murs en torchis sur poteaux jointifs, des voûtes de four par empilement de colombins et des silos sous forme de corbeilles enduites scellées par une chape de terre à bâtir.

Summary

Building with earth in the Neolithic period: morpho-technological approaches to the architectural remains at Dikili Tash (Greece)

At Dikili Tash, the Neolithic architectural remains from earth, most often preserved in the form of fragments hardened by fire, were the subject of a systematic morpho-technological study conducted during the second research program (1986-2000). The approach is part of a more general inquiry, whose objective is to reconstruct the Neolithic house as a technical system. One of the innovations was the systematic use of experimental archaeology, in order to validate the interpretive hypotheses and to produce a reference collection. The results obtained provide a wealth of information on the components of the construction earth and its preparation, especially on the preferential use of husks as vegetal temper. They highlight building techniques that were poorly attested for this period, such as the building of walls using construction earth on a frame of joint posts, oven vaults built with stacked coils and storage bins in the form of coated baskets sealed by a clay cover.

Voir le sommaire du Bulletin de Correspondance Hellénique (BCH), vol. 2019


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search