Article: « Minoan Master Builders? A Diachronic Study of Mudbrick Architecture in the Bronze Age Palace at Malia (Crete) » (2019)

Devolder M., Lorenzon M. (2019), « Minoan Master Builders? A Diachronic Study of Mudbrick Architecture in the Bronze Age Palace at Malia (Crete) », in Bulletin de Correspondance Hellénique (BCH), vol. 143.1, p. 63-124.

Abstract

EN: This paper investigates sun-dried mudbrick architecture in the Minoan Palace at Malia on the north coast of Crete, excavated and studied by the French School at Athens since the beginning of the 20th century. Macroscopic study of the standing architectural remains is combined with geochemical (pXRF and XRD) and petrographic analyses of a selection of mudbrick samples in order to explore patterns and variations in bricklaying, mudbrick recipes, manufacturing practices and mudbrick performance throughout the Pre-, Proto- and Neopalatial periods. The microscopic composition of the mudbricks highlights the consistent procurement of local raw materials, despite marked differences in macroscopic composition related to varying manufacturing processes that impacted mudbrick performance. This diversity is important enough to indicate the completion of the Neopalatial building project by separate teams of builders, whose skills seem to have varied markedly. The participation in the Neopalatial building project of specialised mudbrick ‘master’ builders is attested but the workforce was also drawn from the site’s inhabitants who had the requisite knowledge to produce standing, though significantly less-well performing, mudbrick walls.

FR: Cet article envisage l’architecture en briques crues du palais minoen de Malia, sur la côte nord de l’île de Crète (Grèce), un édifice fouillé et étudié par l’École française d’Athènes depuis le début du 20e siècle. L’étude macroscopique des vestiges architecturaux est combinée à des analyses géochimiques (pXRF et XRD) et pétrographiques d’une sélection d’échantillons de briques afin d’explorer les tendances et variations concernant la mise en place des éléments dans la maçonnerie, la composition, les techniques de fabrication et la qualité des briques utilisées dans l’édifice au cours des périodes pré-, proto- et néopalatiales (2450-1430 av. J.-C.). La composition microscopique des briques met en évidence l’approvisionnement continu en matériaux locaux, et ce malgré des différences prononcées en ce qui concerne leur composition macroscopique, liée à des processus de fabrication variables et qui ont eu un impact direct sur la qualité des différents types de briques. Cette variété est suffisamment marquée pour avancer l’hypothèse qu’au Néopalatial le projet architectural du palais fut réalisé par différentes équipes de bâtisseurs, dont les compétences en matière de construction semblent avoir notablement varié. Si la participation au projet néopalatial de ‘maîtres’ artisans spécialisés dans la construction en briques est ainsi démontrée, il semble donc qu’une partie de la main-d’oeuvre fut également mobilisée parmi les habitants du site qui disposaient des connaissances suffisantes pour ériger des murs en briques certes durables, mais de moindre qualité.

Voir le sommaire du Bulletin de Correspondance Hellénique (BCH), vol. 2019


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search